L’ostéopathie

Qu’est ce que l’ostéopathie?

L’ostéopathie n’est pas une spécialisation de la médecine conventionnelle, mais plutôt un autre système de soins, plus préventifs, qui s’adressent à tout le corps. Le principe essentiel de l’ostéopathie est que toute altération de l’anatomie signale la présence d’une affection ou maladie, et qu’en corrigeant cette anomalie, on soigne la maladie, ou du moins, on minimise ses effets.

Dans la pratique, il n’y a pas vraiment de « techniques ostéopathiques », mais plutôt une grande variété de soins manuels, développés par des ostéopathes dans le but de rétablir le fonctionnement normal des membres et de l’organisme. Le plus souvent, les palpations, massages et étirements agissent sur les nerfs, les artères, les veines, la circulation lymphatique et le flux céphalo-rachidien.

Comment se passe une consultation

La consultation d’un ostéopathe est très semblable à celle d’un médecin, à quelques différences près. Puisque l’ostéopathie est une approche holistique, l’ostéopathe commence par poser à ses patients des questions sur leur état de santé et leur style de vie. Ensuite, il réalise un examen médical manuel, en prêtant attention aux articulations, aux os, aux muscles et aux nerfs, afin de pouvoir diagnostiquer d’éventuelles blessures ou maladies.

La plupart des personnes qui consultent un ostéopathe pour la première fois cherchent à soulager des douleurs musculo-squelettiques courantes. Cependant, l’ostéopathie s’avère efficace pour traiter un grand nombre d’affections, souvent chroniques, tels que l’asthme, l’arthrite, l’autisme, la paralysie de Bell, les maladies dégénératives des disques lombaires et des articulations, les tendinites, les otites, l’épilepsie, la fibromyalgie, les migraines, le syndrome du colon irritable, les reflux, le syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur (S.A.D.A.M.). L’ostéopathie est également compétente pour prendre en charge les grossesses et les accouchements.

L’ostéopathie est elle efficace?

Il existe peu de contre-indications à l’ostéopathie, même si les manipulations pratiquées peuvent causer des courbatures pendant un jour ou deux. Mieux vaut éviter les manœuvres de poussée ou de drainage lymphatique, qui sont plus vigoureuses et pourraient affecter le squelette ou les organes internes, si vous souffrez d’un cancer, d’une maladie osseuse ou articulaire ou d’ostéoporose. Sans quoi, tout le monde peut bénéficier d’un diagnostique et d’un traitement ostéopathique.

Les études menées sur les effets de l’ostéopathie sont peu nombreuses, car elles nécessitent un financement conséquent, et l’observation d’un grand nombre de patients. Mais les études qui existent montrent des résultats positifs et encourageants. Les populations qui bénéficient le plus de ces traitements sont les enfants et les personnes âgées.

En France, la formation des ostéopathes n’est pas très lisible, et a suscité de nombreux débats entre les syndicats et associations de professionnels, et le gouvernement. Ainsi, les professionnels de santé, dont les masseurs-kinésithérapeutes, qui sont à l’origine historique de l’implantation de l’ostéopathie en France, demandent le maintien d’une formation spécifique à l’ostéopathie dans le cadre d’une filière de formation continue « en alternance », avec 4200 heures de formation, dont 1000 heures de pratique clinique encadrée. De plus, ils souhaitent des conditions d’agrément des instituts de formation en ostéopathie plus strictes. Le pays compte entre 12 et 15000 ostéopathes, ayant reçu 2600 heures de formation, en moyenne, ce qui est encore loin des 4200 heures recommandées par l’OMS.

De plus en plus, on reconnaît l’efficacité de cette pratique non-conventionnelle, et l’on peut espérer qu’elle soit un jour mieux prise en charge par la sécurité sociale.