Qu’est-ce que la mousse viscoélastique ?

La mousse à mémoire de forme est aussi appelée mousse viscoélastique.

Avez-vous déjà rêvé de dormir sur un nuage? De sentir toutes les parties de son corps bercées et soutenues exactement comme vous le souhaitez ? Tout le monde y a déjà pensé. Aussi incroyable que cela puisse paraître, un tel sommeil divin est possible grâce aux lits à mémoire de forme qui s’adaptent à votre corps.

Après des trop nombreuses nuits à mal dormir sur un lit classique plat, j’ai découvert le miracle des matelas ergonomiques à mémoire de forme. Ils sont incontestablement les meilleurs lits qui puissent exister. En plus de parfaitement soutenir votre dos et votre cou, les matelas ergonomiques à mémoire de forme réagissent au moindre mouvement.

La mousse à mémoire de forme est aussi appelée mousse viscoélastique, et a été mise au point par la NASA pour procurer un confort et un support maximal à ses astronautes durant les phases de décollage et d’atterrissage des navettes. La mousse à mémoire de forme est sensible à la chaleur, mais elle est aussi respirante, ce qui vous permettra d’en profiter aussi bien l’hiver que l’été.

Les matelas à ressort traditionnels ont plus tendance à se plier qu’à s’adapter à votre corps.

Les matelas ergonomiques à mémoire de forme répartissent le poids de votre corps de manière égale. Cela vous apporte un soutien parfait pour vos lombaires, et vous permet de dormir sur vos deux oreilles. Si vous dormez sur un lit à mémoire de forme, vous risquez de ne plus pouvoir vous en passer.

Diagnostique de la langue en médecine ayurvédique

La langue est l’organe du goût et de la parole. Sa taille, sa forme, ses contours, sa surface, sa marge et sa couleur sont des caractéristiques à observer. Une langue pale peut indiquer une anémie ou un manque de sang. Une langue jaunâtre peut suggérer un excès de bile dans la vésicule biliaire ou un problème du foie. Une langue bleue indique un problème cardiaque.

Les différents endroits de la langue correspondent à différents organes du corps. Donc grâce à la place des défauts sur la langue, le praticien ayurvédique peut déterminer quels organes du corps sont déséquilibrés.

Une langue blanchâtre indique un déséquilibre du kapha et une accumulation de mucus. Une langue rouge ou jaune/vert indique un déséquilibre du pitta. Un déséquilibre du vata se manifeste par une langue marron ou noire.

S’il y a un dépot sur la langue, cela peut indiquer la présence de toxines dans l’estomac, l’intestin grêle ou le gros intestin. Si la partie arrière de la langue est recouverte d’un dépot, cela indique la présence de toxines dans le gros intestin. Si le dépot est sur le milieu de la langue, les toxines sont présentes dans l’estomac et dans l’intestin grêle.

Les soins classiques pour votre douleur dorsale

Chez la plupart des gens, les douleurs dans le bas du dos ont tendance à disparaître au bout de deux semaines à trois mois. Mais si votre douleur dorsale s’améliore ou si elle est chronique, mieux vaut penser à suivre un traitement classique approprié (non-chirurgical) et à prendre soin de son dos pour soulager la douleur, réduire les spasmes musculaires et rééduquer votre dos.

Prendre soin de son dos

Étant donné que la plupart des épisodes de douleurs dans le bas du dos s’améliorent, c’est au moment où celles-ci apparaissent qu’il est le plus conseillé de prendre soin de son dos. Pour bon nombre d’épisodes de douleurs dans le bas du dos, une partie du traitement se concentre sur une courte période de repos (limitée à un ou deux jours) en plus de médicaments contre la douleur (comme de l’Ibuprofène et/ou du Paracétamol). De plus, de la glace et/ou une alternance de chaud et de froid (en finissant toujours par le froid) peut être appliquée sur le dos pour réduire l’inflammation et favoriser la guérison. Les compresses chaud/froid SoftTouch peuvent être d’une grande aide. Beaucoup trouvent utile d’appliquer de la glace un peu après l’apparition de la douleur, et 72 heures après, de commencer la méthode d’alternance.

Après une courte période de repos, il est conseillé de reprendre petit à petit des activités normales et de reprendre le plus vite possible son train-train quotidien, afin que la douleur disparaisse et soit moins susceptible de devenir chronique.

La marche est un excellent exercice car cela ne stresse pas votre dos, aide à apporter de l’oxygène aux tissus doux de votre dos et stimule la guérison. S’il vous est trop difficile de marcher, faites des exercices en piscine (thérapie aquatique) et des exercices modérés en vous allongeant sur un lit ou un tapis. « Treat Your Own Back » (soignez votre dos), par Robin Mackenzie, est un livre qui propose de très bons exercices de ce type. Peut-être voudrez vous aussi jeter un œil au volume 2 de la série de vidéos, par Tooke, appelée : « The Untold Secrets of Self Treatment » (Les secrets du traitement personnel).Extrait de la vidéo du volume 1

Vous pensez peut-être qu’être assis aggrave votre douleur, car cette position applique une charge trois fois plus lourde qu’en étant debout. S’incliner relâche des tensions sur le bas du dos et est souvent la position la plus confortable.

Enfin, assurez-vous de bien prendre soin de votre dos au travail. Si vous travaillez derrière un bureau, soyez sûr que votre fauteuil apporte un bon soutien lombaire et que sa position est adaptée à votre carrure. Que vous soyez assis ou debout, essayez de prendre régulièrement des pauses pour vous étirer et marcher un peu, une posture statique prolongée est mauvaise pour votre colonne.

Les traitements classiquesSi les symptômes ne commencent pas à s’atténuer au bout d’une à deux semaines, ou s’ils vous inquiètent, consultez votre médecin traitant ou un chiropracteur. L’appréciation de votre problème de santé se fera grâce à l’historique de votre douleur, des questions sur la localisation de celle-ci, son intensité, depuis quand vous en souffrez et s’il y a quoi que ce soit qui soulage ou aggrave la douleur. Un examen physique sera également pratiqué pour déterminer la fonctionnalité et le mouvement des nerfs dans le bas de votre dos. Parfois des rayons-X ou d’autres examens paracliniques seront nécessaires pour mieux diagnostiquer votre problème.

En combinant les informations sur l’historique et les examens physiques et paracliniques, le prestataire de soins vous recommandera un programme de traitement. En général, on recommande d’abord des traitements classiques, mais s’ils ne sont pas efficaces, les traitements chirurgicaux peuvent représenter une option plus raisonnable. Les traitements classiques les plus fréquents comportent des médicaments contre la douleur, la kinésithérapie ou l’ergothérapie, la manipulation chiropratique ou ostéopathique ainsi que des changements dans le style de vie afin de pouvoir exercer ses activités quotidiennes de façon à ne pas aggraver son état de santé. Cela concerne l’ergonomie, la position en dormant, la posture pour soulever une charge et les techniques pour exercer différentes activités de la vie de tous les jours telles que se brosser les dents ou boire à une fontaine à eau.

L’une des clés pour se remettre d’un épisode de douleur dorsale et éviter qu’il se reproduise est de suivre une rééducation appropriée en termes d’étirement, de renforcement et de conditionnement aérobique de votre dos et de votre corps en général. Il est conseillé de faire appel à un professionnel de la santé habilité à vous assister pendant votre rééducation, car votre programme d’exercices sera créé en fonction de votre diagnostic spécifique et de l’intensité de votre douleur, il est donc important d’apprendre les formes et techniques appropriées.

Bien sûr, se sentir mieux n’est que le commencement, car d’autres épisodes de douleurs dorsales surviendront avec le temps. Mais nous espérons qu’une meilleure connaissance des soins que l’on peut apporter soi-même à son dos et des options de traitement classiques vous aidera à mieux entretenir la santé de votre dos.

Chez Mal-du-dos.com, on se met en quatre pour aider votre dos à retrouver sa souplesse d’origine !

Les traitements disponibles pour douleurs dorsales

Il existe tellement d’options disponibles pour traiter vos douleurs dorsales de nos jours, que s’y retrouver peut représenter un vrai défi. Voici quelques indications à garder en tête tandis que vous chercherez de l’aide pour soigner votre dos :

Si vous n’y arrivez pas dès le premier coup, continuez d’essayer. Chacun des nombreux traitements des douleurs dorsales a plusieurs variations. Par exemple, il existe de nombreuses approches de la kinésithérapie. Certaines d’entre elles peuvent vous apporter plus d’avantages, vous faire moins souffrir ou vous pouvez tout simplement vous sentir plus à l’aise avec l’une d’elles.

La kinésithérapie traditionnelle peut ne pas être la meilleure option pour vous. Parfois, rien n’est plus utile et appréciable qu’un programme d’exercices simples, comme le yoga ou l’aérobic sans heurts. Vous devrez peut-être essayer plusieurs types de traitements ou combinaisons de traitements pour trouver ce qui vous correspond le mieux. Cela peut impliquer d’avoir recours à différents professionnels de la santé.

N’oubliez pas les thérapies traditionnelles. Parfois, quelques thérapies simples dans votre train-train quotidien peuvent faire toute la différence. Par exemple, il est facile d’appliquer de la glace, de la chaleur et/ou une serviette humide chaude ; et si ce rituel est suivi tous les jours, cela pourrait considérablement soulager vos douleurs. Il existe beaucoup de thérapies à base de chaleur, parmi lesquelles des coussins chauffants, des packs de gel, des bouillottes, etc. Une chaleur humide comme celle provoquée par les compresses à base de grain à mettre au micro-ondes est bien plus pénétrante qu’une chaleur sèche et donc plus appréciable. Si la blessure est récente, la glace devra toujours être appliquée avant la chaleur, surtout en cas de gonflement.

Il est primordial de pratiquer de l’exercice pour stimuler la guérison, c’est l’un des meilleurs moyens naturels. Les mouvements gardent les disques, les muscles, les ligaments et les articulations de la colonne en bonne santé. Plus important encore, ils permettent la diffusion de nutriments dans les disques et les tissus doux, qui est nécessaire pour réduire le gonflement de la blessure et pour favoriser la guérison.

L’exercice regroupe une combinaison d’étirements, de renforcements et de conditionnement aérobique. Il est important de s’étirer car cela permet une mobilité plus large, qui à son tour aide à soulager la douleur. Si un épisode de douleur dans le bas du dos dure depuis deux semaines ou plus, un programme de renforcement (tel que les exercices de McKenzie, un entraînement de stabilisation lombaire et/ou des exercices de facilitation) pour soutenir votre colonne est important pour un rétablissement à long terme. Ces exercices sont généralement mieux appliqués avec un professionnel entraîné. Enfin, les exercices d’aérobic sans heurts apportent des nutriments aux structures blessées dans le dos et les aident à guérir. Marcher, faire du vélo ou faire des exercices au sol avec une vidéo d’entraînement peuvent être des formes efficaces d’aérobic sans heurts. Si votre douleur est intense, la thérapie aquatique peut faire partie du conditionnement aérobique et apporter moins de poids sur votre colonne.

Les instruments TENS (Neurostimulation électrique transcutanée). Les instruments TENS peuvent être une excellente source de soulagement de la douleur. Bien qu’ils ne soient pas curatifs et n’apportent pas d’effet permanent, ils réduisent certaines des substances chimiques qui transmettent les signaux de douleur à notre cerveau et peuvent ainsi représenter une aide intéressante à un programme de traitement général.

N’écartez pas systématiquement l’option de la chirurgie. Elle peut paraître effrayante, mais pour certains problèmes de santé, elle reste le chemin le plus direct vers un soulagement de la douleur. Toutefois, il est difficile de savoir si c’est le cas pour vous. Si votre douleur est intense ou n’a pas réagi à des traitements non-chirurgicaux et que vous n’avez pas l’impression de faire de progrès avec votre traitement actuel, envisagez la chirurgie et parlez-en à votre docteur.

Nous espérons que ces indications sur les traitements vous aideront à mieux entretenir la santé de votre dos.

Chez Mal-du-dos.com, on se met en quatre pour aider votre dos à retrouver sa souplesse d’origine !

Critique d’un Shirodhara ayurvédique

Introduction

En Occident, on n’a pas l’habitude de passer en consultation pendant 30 minutes avant de se faire masser ; en Inde, il est hors de question de pratiquer un traitement ayurvédique sans un entretien approfondi préalable. Donc, pendant mon séjour à Delhi, lorsque j’ai confié aux employés du spa de l‘hôtel que je souhaitais découvrir les « vrais » massages indiens, ils m’ont fixé un rendez-vous avec un spécialiste en ayurvédique.

Qu’est-ce que le Shirodhara ?

L’Ayurveda est une médecine naturelle ancestrale qui nous vient d’Inde. Elle se base sur le principe selon lequel non seulement le corps et l’esprit influent l’un sur l’autre, mais ils sont l’un et l’autre. Impossible donc de guérir un mal physique sans traiter l’esprit, et vice-versa.

Le Shirodhara est l’une des évolutions de cette médecine holistique hindoue. Ce terme sanscrit est en fait la combinaison de deux mots : « shiro », qui veut dire « tête », et « dhara », « le flux ».

Une huile de fragrance chauffée coule de manière régulière sur le « troisième œil », soit sur le front ; ensuite, on pratique un massage du crâne, et suivant le traitement, d’autres parties du corps.

Quels sont les bienfaits du Shirodhara ?

Il est très relaxant et vous laisse calme et la tête vide en exploitant le flux d’énergie qui parcoure votre corps.

À quoi a ressemblé le soin ?

La veille, j’ai rencontré le médecin, qui a bien insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un traitement médical dans le sens où nous, occidentaux, l’entendions ; son but est d’harmoniser le corps et l’esprit. Le traitement est adapté à chacun pour qu’il soit efficace ; il fallait donc définir de quel type était mon corps.

Les questions qui m’ont été posées ne se limitaient pas au traditionnel « êtes-vous stressé » ou « souffrez-vous d’un endroit en particulier » ; on m’a également demandé ce que j’aimais manger, si je m’endormais rapidement une fois au lit, si je faisais des rêves et comment je travaillais. Le médecin a aussi pris mon pouls en me disant qu’il le « sentait » aussi pour définir quel genre de personne j’étais. Côté professionnel, il m’a définie comme perfectionniste à tout prix, et a parlé de ma façon de gérer le stress. En résumé, je suis « pitta » du type « feu et eau » (passionnée et romantique, mais aussi têtue, arriviste et qui a toujours son mot à dire. C’est tout moi.)

Il m’a ensuite prescrit un traitement adapté : un massage à huile (Abhayanga), un peu de Shirodhara, au cours duquel on fera goutter de l’huile sur mon front pour détendre les nerfs et rééquilibrer le Prana Vata, le dosha qui contrôle le cerveau. Il m’a également expliqué que deux thérapeutes allaient travailler sur moi, un homme et une femme, et m’a demandé si cela me posait problème. Un bon espion Spa n’est pas timide. Je pense qu’en altérant le flux d’un traitement oriental avec des préceptes occidentaux, on altère également l’efficacité du traitement. Si des professionnels sont à l’aise dans leur travail, alors, moi, simple amateur, je peux m’en remettre complètement à eux.

Le lendemain, je revenais pour bénéficier du traitement. Mon docteur m’a accompagné dans la salle pour me parler des différentes huiles que les thérapeutes, Shanti et Bala, allaient m’appliquer. Il a ouvert les flacons et me les a fait sentir ; toutes avaient un parfum chaud, une odeur d’herbes, mais pas épicée, ni citronnée. Elles m’ont rappelé les repas du dimanche lorsque j’étais enfant, l’odeur de la cuisine et de la chaleur. Ce fut étrange, et cette sensation s’est reproduite plusieurs fois au cours du traitement.

Ensuite, le docteur est parti, et m’a laissée avec Shanti, la masseuse, qui a tamisé les lumières : seules deux bougies n’ont pas été éteintes. Elle m’a ensuite expliqué comment allait se dérouler la séance. Elle m’a demandé si je souhaitais que toutes les parties de mon corps soient massées. Je lui ai dit que je n’étais pas prude et que je lui faisais entièrement confiance. (Elle m’a répondu qu’ils se devaient de poser la question, pour que la cliente ne soit pas surprise par le fait qu’un homme lui masse les seins au milieu du traitement, sans quoi elle pourrait se mettre en colère.)

Une fois les règles de base établies, j’ai posé tous mes vêtements sur une chaise. Shanti m’a ensuite fourni un morceau de tissu qui ne cachait que l’essentiel qu’elle a attaché autour de mes hanches avec des rubans. C’est un peu comme se faire habiller par sa mère quand on est petit. Elle m’a ensuite guidée jusqu’à la grande table en marbre au centre de la pièce (j’étais rassurée de voir qu’il y avait des marches de l’autre côté, car elle est assez haute et je me demandais si j’arriverais à grimper dessus en sautant). Mais aucune raison de s’inquiéter : Shanti m’a pris la main, m’a guidée jusqu’aux marches et m’a placée, assise sur le rebord avec les pieds sur les marches. Elle m’a ensuite demandé si elle pouvait faire entrer Bala ; j’ai acquiescé et elle lui a ouvert la porte. Il s’est placé derrière moi. Le traitement a commencé avec un petit rituel au cours duquel il m’a touché les pieds, les mains et le front. Puis, alors que j’étais toujours assise, tous deux m’ont massé ensemble les bras, les épaules, les jambes et chaque vertèbre de ma colonne.

Après un moment, Shanti m’a fait m’allonger. Le marbre était un peu froid, mais au fur et à mesure qu’ils faisaient couler de l’huile chauffée sur mes membres et me massaient en synchronisation, je me suis réchauffée. En Occident, nous avons l’habitude des massages lents et relaxants qui se concentrent sur une certaine partie du corps à la fois. Celui-ci était plus rapide, et m’a beaucoup fait penser au lomi-lomi, un massage hawaïen qui parcoure le corps des pieds à la tête sans interruption. Lorsque quatre mains sont en action, impossible de savoir laquelle fait quoi, et même combien il y en a exactement. Le massage ressemble juste à une danse très gracieuse. Shanti était en tête, et lorsqu’elle passait d’un mouvement à un autre (qu’elle passait des pieds aux mollets, par exemple), Bala faisait de même une microseconde plus tard. Puis ils ont de nouveau synchronisé parfaitement leurs mouvements.

Une fois le devant « fini », ils m’ont allongée sur le ventre. Il m’a fallu un coup de main, car j’étais toute huileuse, et le marbre très glissant. Encore une fois, j’ai eu l’impression de me remettre complètement entre leurs mains, ce qui m’a aidée à me détendre et tout oublier. Puis ils m’ont de nouveau allongée sur le dos et m’ont placée en haut de la table pour que ma tête se trouve exactement sous le verseur d’huile shirodhara. Shanti a placé un bandeau au-dessus de mes yeux pour que l’huile ne coule pas dedans et a couvert le reste de mon corps avec des serviettes en coton. Comme l’huile coulait continuellement sur mon front, j’étais on ne peut plus détendue. Ils ont chuchoté un peu en Hindi ; sûrement parlaient-ils de la température de l’huile, puisque Shanti m’a demandé si elle n’était pas trop chaude. À part ça, aucune distraction et rien d’autre à faire que de savourer la sensation de l’huile sur ma peau.

Le traitement a duré deux heures, même s’il m’a semblé bien plus court. Le rythme, la douceur de l’huile, la sensation d’être entre de bonnes mains et de pouvoir se laisser aller, tout cela était incroyablement relaxant. Après ces quelques heures si vite écoulées, il fallait que je me lève de la table en marbre et que je retourne dans le monde réel. Bala a quitté la pièce et Shanti m’a amenée dans un petit bain de vapeur dans le coin de la pièce. J’y suis restée dix minutes, pendant lesquelles j’ai laissé les fragrances des huiles me détendre tout en me réveillant de ce rêve merveilleux. Elle m’a ensuite frottée avec de la poudre de citron avant que je me douche pour me débarrasser des huiles.

J’étais prête à me rhabiller. Ce fut un vrai déchirement de quitter cette pièce éclairée à la bougie pour retrouver les spots puissants de la réception. Mais je n’avais pas le choix.

Comment me suis-je sentie après ?

Calme, l’esprit libre et la tête vide.

Est-ce que je recommencerai ?

Maintenant que je sais en quoi consistent les massages ayurvédiques, je suis une adepte. J’aimerais pouvoir dire que le traitement a soulagé toutes les douleurs que je ressentais, mais j’imagine que des changements concernant mon style de vie sont nécessaires pour qu’il soit vraiment efficace. Ou alors, faire toute une cure de massages ayurvédiques. En tout cas, je renouvellerai l’expérience. Mettez de côté votre pudeur, cela en vaut vraiment la peine.