La kinésithérapie

La kinésithérapie est une profession paramédicale utilisant la gestuelle humaine et le mouvement dans un but de rééducation et d’éducation. Elle traite les douleurs d’origine musculo-squelettique par le massage et par la gymnastique. Elle aide à enlever les raideurs musculaires et articulaires. Le kinésithérapeute a une connaissance parfaite de l’

La kinésithérapie a comme particularité d’être un métier qui considère le patient dans son ensemble : elle ne se limite pas à l’appareil locomoteur, les autres fonctions de l’organisme comptent aussi.

Il existe deux sortes de kinésithérapie : la kinésithérapie active et passive.

Lors d’un soin de kinésithérapie active, le patient contribue lui-même à sa propre guérison en pratiquant des exercices physiques afin de faire travailler son corps. Lors d’une kinésithérapie passive, le patient est allongé sur une table de massage, et le kinésithérapeute va pratiquer une série de massages, d’étirements musculaires et un travail sur les articulations, afin de rendre au corps son élasticité. La kinésithérapie utilise plusieurs techniques de massage comme l’effleurement, nécessaire pour commencer et pour terminer ; le pétrissage pour malaxer les muscles et les détendre, et la pression. La percussion, friction ou vibration s’utilisent également en fonction du travail à accomplir. Le kinésithérapeute peut également se servir de plusieurs éléments comme l’eau, la chaleur ou le froid, des poids et des appareils d’étirement pour soigner son patient.

La kinésithérapie est aussi une profession visant l’éducation. Après avoir soulagé son patient des douleurs qu’il pouvait avoir, le masseur-kinésithérapeute joue le rôle de pédagogue, en conseillant son patient sur certains gestes ou postures qu’il peut pratiquer lui-même afin de prévenir le retour de la douleur.

Outre la relaxation, la kinésithérapie par le massage va également contribuer à améliorer une mauvaise circulation sanguine, un sommeil trop léger, ou soulager des douleurs dues à la grossesse.

La kinésithérapie va également intervenir dans le cadre d’infections respiratoires. Le masseur-kinésithérapeute va pratiquer certains gestes qui aideront le patient à évacuer les mucosités qui l’encombrent.

Il existe aussi la kinésithérapie du sport, qui va aider les sportifs à soigner ou simplement prévenir les douleurs musculaires.

La kinésithérapie est également une profession de la santé et de l’hygiène de vie car elle pratique le drainage lymphatique visant à éliminer les toxines du corps et diminuer la rétention d’eau.

Le kinésithérapeute peut exercer comme libéral dans un cabinet, ou comme salarié dans un hôpital, une clinique, un centre de rééducation, un centre de thalasso, etc.

Massage et cancer

Beaucoup d’entre nous considèrent le massage comme un luxe. Mais, pour les personnes atteintes d’une maladie grave comme le cancer, c’est un outil précieux qui les aide à supporter le traitement.

La plupart des gens qui se font masser cherchent à évacuer leur stress ou à détendre leurs muscles après un effort physique intense. Mais on est doucement en train de reconnaître au massage ses bienfaits sur le bien être sur les personnes touchées par le cancer : non pas en remplacement des soins médicaux, mais comme moyen d’aider les patients à supporter leur traitement et à se sentir mieux. L’ensemble des études sur le sujet démontre que le massage aide les malades du cancer à mieux supporter certains aspects de leur traitement. A court-terme, il influence également leur moral et apaise leur anxiété.

Au Memorial Sloan-Kettering Cancer Centre (MSKCC) de New York, une équipe de massothérapeutes intervient dans les différents services aux côtés des autres personnels médicaux. Un projet de recherche mené sur cinq années, avec plus d’un milliers de patients, a montré que le massage avait un impact significatif sur la gestion de la douleur, et réduisait la fatigue et l’anxiété.

La recherche va continuer d’étudier les effets du massage sur les malades du cancer, mais déjà l’idée d’intégrer la massothérapie dans le traitement de la maladie fait son chemin, aux États-Unis comme en Europe.

En Australie, le Sydney Adventis Hospital, très attaché à des techniques de soins complémentaires comme la réflexologie, la méditation et l’acupuncture, emploie désormais une experte en massothérapie qui travaille en étroite collaboration avec l’équipe de cancérologues.

Les bienfaits du toucher

Depuis son arrivée au Sydnet Adventis Hospital, cette thérapeute et formatrice, spécialiste du massage en cancérologie, Eleanor Oyston, n’a cessé d’être une force de proposition. Son objectif est que tou-tes les patient-es de tous les hôpitaux qui reçoivent des malades du cancer, puissent profiter des bienfaits du massage.

E. Oyston a travaillé 20 ans comme microbiologiste, à diagnostiquer des cancers, avant de devenir massothérapeute. Depuis, elle a beaucoup travaillé avec des malades du cancer par le biais de la Petria King’s Quest for Life Foundation, qui vient en aide aux personnes souffrant de maladies graves.

Elle explique qu’à l’hôpital, presque tous les contacts physiques que vivent les malades sont désagréables, et ajoute « On fait particulièrement attention, quand on masse un malade du cancer, de ne pas lui faire mal ».

Le docteur en hématologie David Joske reconnaît que beaucoup de manipulations sont douloureuses, d’autant que certains patients n’ont aucun autres contacts physiques en dehors du traitement.

D. Joske a créé le premier « centre d’aide aux malades du cancer » intégré à l’hôpital, le Solaris Care, où les patients ont accès à des soins complémentaires, et à des traitements chirurgicaux et médicaux de pointe.

« Les malades du cancer sont souvent très isolés et ont besoin de contact humain », dit-il. « Le cancer est une maladie qui touche surtout des personnes âgées et il n’est pas rare que les piqûres d’aiguilles, douloureuses mais inévitables pour les prises de sang et la chimiothérapie, constituent leurs seuls stimuli tactiles. »

Selon lui, plusieurs types de massage sont adaptés aux personnes souffrant du cancer « depuis le massage thérapeutique classique jusqu’à ceux qui nécessitent d’y croire, comme l’aromathérapie, le reiki ou la réflexologie. L’expérience de Solaris prouve que tous sont efficaces.

« Nous avons installé une unité de massage dans la salle d’attente la plus encombrée du service de chimiothérapie : cela a rendu l’atmosphère moins formelle, et l’expérience de chimio de ces patient-es moins traumatisante. »

Dissiper les peurs

D. Joske ajoute qu’aucune étude n’a pu confirmer les craintes que le cancer ne se propage sous l’effet du massage. Ce que confirme le New South Wales Cancer Council, qui déclare : « un massage relaxant, léger, peut être réalisé sans danger pour les personnes atteintes du cancer, à tous les stades de la maladie ».

De même, un tract intitulé « Massage et cancer : une introduction aux bienfaits du toucher » a été édité par le Council pour dissiper certaines peurs.

On peut y lire : « Le cancer peut toucher en premier le système lymphatique, ou bien s’y propager par le biais des ganglions lymphatiques, mais faire circuler la lymphe, par le massage ou d’autres mouvements, n’entraîne pas la propagation du cancer ». Ce que le Dr Gavin Marx, cancérologue au Sydney Adventis Hospital approuve : « Nous avons étudié cette possibilité sérieusement, et sommes arrivés à la conclusion que le massage ne présente aucun risque. »

Pour rassurer les patients, assure Oyston, il est essentiel de leur faire savoir que les massothérapeutes qui leur dispensent des soins ont reçu une formation adaptée.

Cette formation commence par une période d’observation dans les services de cancérologie et de chimiothérapie de l’hôpital. On y apprend aussi à détecter les symptômes et petits signaux d’alarme : « Si des parties du corps sont anormalement chaudes, si les patients sont sous traitement anti-coagulant, ou ont déjà eu des caillots, alors il faut faire preuve d’une grande vigilance. Nous enseignons aussi aux stagiaires d’arrêter le massage si des rougeurs ou des enflures apparaissent. Nous avons mis en place beaucoup de garde-fous. »

Le massage de cancérologie est très lent et tout en douceur, plus que la plupart des autres massages thérapeutiques, et il dure moins longtemps. Les massothérapeutes cherchent principalement à réduire la gène occasionnée chez les patients par leur traitement, qu’il s’agisse d’être relié à une perfusion, d’avoir les os fragilisés ou d’autres bouleversements physiologiques.

Besoin de nouvelles études

Pour que le massage prenne toute sa place en cancérologie, on a besoin de mener de nouvelles études. G. Marx rappelle que les fonds public de santé sont limités et doivent être bien dépensés, voilà pourquoi « à moins de fournir suffisamment de données scientifiques à Medicare, le projet du Sydney Adventis Hospital ne sera pas financé ».

Aux difficultés évidentes de financement s’ajoute la réticence d’une partie de la communauté médicale. Mais E. Oyston et ses stagiaires sont sûrs que les médecins seront moins sceptiques en voyant combien le massage est bénéfique aux malades du cancer.

Article de Sue Daniel, publié le 03/06/2010, traduit de l’Anglais par Charlotte Blot

Les secrets du massage sur votre santé

Il est toujours agréable de se faire masser et bichonner. Mais connaissez-vous les bienfaits ou dangers du massage sur votre santé ? Un massage permet certes de détendre vos muscles, mais il permet aussi d’apaiser vos angoisses, de soulager les symptômes d’une dépression, de contribuer au bon fonctionnement de votre système immunitaire et d’améliorer la circulation sanguine. Epatant, non ?

Combattre le stress et l’anxiété

De nombreuses études ont démontrées que le massage augment le taux de sérotonine et d’ocytocine, des hormones capables d’atténuer les symptômes de la dépression et l’anxiété. D’autres études affirment même que le simple fait de toucher quelqu’un le fait se sentir confortable et « cocooné », ce qui booste le sentiment de contentement.

Le massage est pratiqué pour soulager l’anxiété des patients qui ont subi une intervention chirurgicale lourde, de même que les personnes atteintes d’un cancer et qui doivent endurer les séances de chimiothérapie.

Soulager le syndrome prémenstruel

Le massage peut être bénéfique aux femmes qui souffrent des symptômes du syndrome prémenstruel (comme les ballonnements, une douleur et des changements d’humeur). Selon l’organisation des masseurs aux Etats-Unis, le massage, associé à l’exercice physique, à un régime alimentaire sain, et à des méthodes de relaxation (comme le yoga), est une manière efficace et sans risque de réduire les symptômes prémenstruels ainsi que l’anxiété. Pour bénéficier d’un massage en vue de soulager ces symptômes, prévoyez la séance une semaine avant la période de règles.

Booster l’immunité

Le massage ne fait pas que vous rendre de meilleure humeur, il permet aussi de stimuler vos défenses immunitaires ! Il aide à stimuler les globules blancs, qui sont responsables de la protection de votre organisme.

Le massage permet aussi de réduire les hormones du stress, comme le cortisol. Avec un massage, vous avez donc moins de risques de tomber malade ! Les gestes appuyés du massage réduisent la pression sanguine et soulagent les douleurs et les raideurs. Comme vous ne souffrez plus, vous êtes en mesure de mieux vous concentrer sur ce qui vous entoure et de mieux dormir la nuit !

Plus qu’un simple traitement !

Le massage ne devrait pas être considéré comme un luxe qu’on peut s’offrir de temps à autre. Certains massages ne coûtent d’ailleurs pas très cher et peuvent se faire à domicile par un professionnel ou grâce à un appareil de massage adapté. Le massage est plutôt une manière de faire du bien à son corps et à son esprit, ni plus, ni moins. Vous pouvez également vous masser vous-même, à la maison, pendant 10 à 15 minutes (ou demander à un membre de votre famille, c’est encore mieux !).

Les enfants et les massages

« Tous les enfants, peu importe l’âge, devraient être régulièrement massé au moment de se coucher ». C’est ce qu’affirme Tiffany Field, doctorante à l’Institut de Recherche du Toucher (IRT), à Miami, en Floride, ainsi que ses collègues de l’IRT qui ont travaillé avec diligence au cours des dix dernières années, pour révéler les bienfaits du massage sur les enfants. Ce concept n’est néanmoins pas nouveau.

Le massage des bébés a longtemps été une pratique courante chez les familles de cultures orientales et africaines. De nombreuses tribus indigènes utilisent une forme de toucher thérapeutique pour apaiser, relaxer et soigner leurs petits, en ayant parfois recours à des huiles parfumées et des plantes médicinales durant la pratique du massage. En raison de notre technologie moderne et de la vie très occupée que nous menons, nous ne passons souvent pas assez de bon de temps en famille et le contact physique diminue. Cette pratique ancienne du massage peut servir à réaffirmer un lien étroit avec nos enfants, et instaurer un sentiment réconfortant de sécurité et de confiance.

Le toucher est le premier sens qui développe chez les humains. Il est essentiel à notre santé et notre bien-être. Il a été reconnu que les bébés ne parviennent pas à se développer et sont même destinés à mourir, s’ils ne reçoivent pas le contact physique suffisant. Les adultes également peuvent déprimer et tomber malade, s’ils sont privés de ces besoins humains vitaux. Les enfants qui grandissent en ayant un rapport sain au toucher, au sein d’un environnement positif, où le contact physique est une habitude dans leur entourage, seront plus susceptibles de devenir des adultes ayant une estime d’eux-mêmes saine, un sens approprié des limites et auront des relations plus durables avec leur partenaire.

La chercheuse Maria Hernandez-Reif, doctorante à l’IRT, explique qu’elle fait régulièrement des massages à sa propre fille. Lorsqu’il lui a été demandé si d’autres parents devaient faire de même, elle répondit, « Absolument, au moins un massage par jour. C’est ce que montrent les études. Peu importe s’il s’agit d’un nourrisson, d’un enfant malade, d’un enfant d’âge préscolaire, de femmes enceintes ou de personnes âgées, quelque était le cas que nous étudions, nous avons constaté que le massage était bénéfique à tous les groupes d’âge et les personnes souffrants de maladies diverses ».

Les enfants stressent aussi

Le massage constitue un merveilleux anti stress pour les enfants. « Chaque fois que nous évoquons le stress », affirme Maria Hernandez-Reif, « nous pensons que c’est un problème qui ne touche que les adultes, seuls les adultes sont stressés. Cependant, si vous réfléchissez, même les nourrissons et les enfants sont sujets au stress ». Un jeune enfant débutant sa scolarité, qui n’est pas familiarisé à l’endroit ou aux autres élèves de sa classe, se sentira stressé. Une famille touchée par la maladie ou par des problèmes financiers, le divorce et même des vacances peuvent causer des tensions émotionnelles. Maria rappelle que l’un des résultats les plus convaincants de ces études sur les bienfaits de la massothérapie, est la réduction du stress et des taux d’hormones de stress : « Il existe une relation entre le stress et le système immunitaire. Si les hormones de stress sont chroniquement élevé, la cortisol (hormone) détruira les cellules immunitaires saines qui luttent contre les virus et les tumeurs et maintiennent le système immunitaire en bonne santé. Si vous pouvez inverser cette tendance, vous réduisez non seulement le stress, mais également les hormones de stress, ce qui permet au système immunitaire de rebondir et de faire son travail, qui consiste à guérir le corps et à le garder en bonne santé ».

Quant à la réponse comportementale des enfants par rapport au massage, elle répond : « Ils sont plus heureux et de meilleure humeur. Nous avons observé qu’ils apparaissaient plus détendus, calme et s’endorment souvent durant le massage. S’il s’agit d’enfants qui reçoivent leur premier massage, il est probable qu’ils se tortillent un peu, car ils ne sont pas habitués à ce type de contact. En raison de l’inconfort et de la douleur des procédures médicales qui leur sont infligées, les nourrissons et les bébés, en particulier les prématurés, sont susceptibles de développer une relation négative au toucher. Compte tenu de cette nouvelle expérience positive, ils se détendent et leur corps s’apaise.

Massage pour les bébés

L’une des meilleures manières de transmettre à votre bébé, un message sûr et positif ayant trait au toucher, consiste à le masser régulièrement. Masser très tôt un nourrisson, peut stimuler le développement du système nerveux et du cerveau, de plus, le souvenir de la sensation agréable, provoquée par ce toucher, peut alors être enregistrées pour toujours dans les cellules du corps. En améliorant la circulation, la respiration, la digestion et l’élimination des déchets, le massage favorise le sentiment de confort de votre bébé et le rend moins sujet aux coliques. Au fur et à mesure que le bébé grandit, les caresses du massage préparent le corps à s’assoir, se tenir debout et à marcher, en améliorant la force, la coordination motrice et la confiance en soi. Le massage pour bébé devient de plus en plus populaire auprès des nouveaux parents, de plus, il existe maintenant un certain nombre de moyens disponibles, pour vous aider à démarrer. En plus des livres et des vidéos, vous pouvez trouver des instructeurs certifiés de massothérapie infantile, dans les cabinets privés de votre région et dans les hôpitaux et les cliniques spécialisées en médecine holistique.

La directive de l’IRT, qui impose des séances de 15 à 20 minutes est une bonne règle à suivre chez soi. Des sessions plus longues peuvent s’avérer être une stimulation trop excessive ou même être inconfortable chez un enfant plus jeune avec une capacité d’attention plus réduite.

Une fois que le massage est devenu une routine familiale, celui-ci peut s’avérer bénéfique à votre enfant durant toute sa croissance. Les enfants d’âge préscolaire ont montré de meilleures performances sur les tests de leurs aptitudes intellectuelles et manuelles, effectués après 15 minutes de massage. Ils dormaient également mieux durant les siestes, étaient moins susceptibles d’être hyperactifs, et avaient de meilleurs taux concernant le comportement.

Pour les adolescents en proie aux problèmes qui caractérisent la période d’adolescence, le massage aide à équilibrer les hormones instables et peuvent soulager l’anxiété en favorisant un état de relaxation. Un climat de confiance avec un massothérapeute qui leur confère un contact physique sûr et inconditionnelle, peut également accroître leur sentiment d’acceptation d’eux-mêmes et de confiance au cours de ces années difficiles.

Le toucher est essentiel au développement d’un enfant, à son sentiment de bien-être et à sa une bonne santé. Les enfants tendent la main pour toucher, aussi naturellement qu’ils le font pour la nourriture et l’eau. Un massage la nuit peut améliorer le la relation parent-enfant et assurer que le toucher représente une partie positive et nourrissante de leur développement humain. Et, comme le dit Field : « Ils adorent ça ».